dimanche 1 avril 2012

"la Galaxie de la terreur" de Bruce Clark

Aujourd'hui "la Galaxie de la terreur" de Bruce Clark dont la superbe affiche m'a longtemps fasciné. L'histoire : Sur la lointaine planète Morganthus s'est échoué le vaisseau spatial Remus. Une équipe de secours y est envoyée de Xerces, leur planète d'origine. Il n'y a que cinq survivants, les autres ont été massacrés. Le Maitre de la Galaxie veut trouver un héritier et fait subir aux survivants et aux secouristes, toute une série d'épreuves...

Voici un rêve de gosse exaucé en matant cette série B post "Alien" qui bien qu'elle souffre d'un flagrant manque de moyens, tient grave le cap en matière de SF horrifique. Le film de Bruce Clark est certes un peu longuet à démarrer, mais une fois lancé, c'est une bombe. Une série de scène d'horreur, toutes plus dingues et géniales les unes que les autres se succède devant nos yeux pour finir dans un maelström quasi psychédélique, rappelant furieusement l'ère du magazine "Metal Hurlant". Comme je le disais des scènes d'anthologie dont je me rappelle qu'en primaire un ami s'était amusé à me raconter, ce qui avait eu pour résultat de me faite flipper dans mon lit. Au final, vous n'aurez certes pas peur (quoi que) dans cette "Galaxie de la terreur" mais vous allez certainement vous y éclater. Les maquillages et effets spéciaux sont de bonne factures, quoi que certains passages sont assez kitch et en plus "la Galaxie de la terreur" est servi par un casting trois étoiles comprenant : Robert Englund, Grace Zabrisky, Sid Haig, Ray Walston et Zalman King, Le film de Bruce Clark est à voir ou à revoir absoluement tant il est au final original et fleure bon la bonne époque du fantastique et de l'horreur (oui je sais je ne suis qu'un sale nostalgique passéiste incurrable) déstiné en premier à faire frémir les jeunes filles et les faire tomber dans nos bras. Miam Miam ! Il est aussi bon de signaler qu'un certain James Cameron a été production designer sur ce film qui mériterait bien une putain de suite !

Aucun commentaire: