mardi 3 avril 2012

"REC 2" de Jaume Balaguero & Paco Plaza

rec2.jpg

 




Aujourd'hui "REC 2" de Plaza et Balaguero. L'histoire : Suites à l'étrange virus qui a contaminé tout un immeuble, une équipe de SWAT et un mystérieux accompagnateur pénètrent dans l'enceinte afin de retrouver d'éventuels survivants. Tout ce qu'ils trouveront c'est la vérité et l'horreur.

"Rec 2" aurait pu être à "Rec 1" ce que "Aliens" fut à "Alien", malheureusement il manque bien trop de protagonistes contaminés et de militaires sur armés afin de soutenir la comparaison. Par contre il se hisse sans mal au niveau d'un premier rudement efficace qui perdait un peu de rythme sur son milieu et reprenait d'arrache pied pour nous mener vers une fin bancale à souhait qui au final prend tout son sens dans ce second opus. Car oui, "Rec 2" clarifie grandement la situation laissée en vrac lorsque la jeune journaliste découvrait qu'un tas de bondieuseries étaient la cause de la contamination. Au final ce qui était bancal et foutraque devient logique et la contamination, n'en est pas une, mais c'est une possession général. ET c'est d'un rien au final que Plaza et Balaguero arrivent a se démarquer d'une incessante vague de zombie flick et autre contaminés, en nous mettant face a des hordes de possédés, et surtout en expliquant avec logique la raison de tel où tel élément inéxpliquable à la fin du premier, comme la présence absurde d'un jeune enfant dans le grenier qui prend tout son sens ici. Mais le gros apport dans "Rec 2" est en fait l'humour, le second degrés, qui vous fait passer de l'état de stress à l'éclat de rire. Car en effet "Rec 2" est super drôle, outrancier, grossier, et parfois même frapadingue. De plus ses personnages sont tellement caricaturaux, comme ce prêtre tout droit sorti d'un comics books qui vaut son pesant de cacahouètes et qui donne tout le ton et le sens du film. Où cette bande de gamins crétins, qui nous permettent de vivre les événements d'un nouveau point de vue. "Rec 2" est réellement génial et ouvre d'une certaine façon la voie a une nouvelle vague de monstre un peu trop oublié depuis quelques années, les possédés en mixant ce phénomène avec celui de la contamination de masse.  Du coup on attend de pied ferme un "Rec 3" inévitable qui par contre ne devrait d'après ses créateurs, pas en vue caméra subjective, ce qui du coup nous éviterai un sacré mal de crane. Car bien que la vue à la première personne ai eu son sens dans le premier, elle attire certains illogisme et certaines situations poussives voir absurdes vers la fin. "Rec 2" est une réussite de plus au palmarès ibérique et une vrai film d'horreur saupoudré d'une bonne dose d'humour. Un série B au sens premier du terme. Excellent.


Aucun commentaire: