vendredi 26 avril 2013

"Lords of Salem" de Rob Zombie






Aujourd'hui "the Lords of Salem" de Rob Zombie. L'histoire : Heidi (Sheri Moon Zombie), une DJ de radio vivant à Salem, Massachusetts reçoit une drôle de boîte en bois contenant un disque, un cadeau des Lords un obscure groupe de Black Metal. Heidi l’écoute et de drôles de sons cachés derrière les rythmes entraînent des flashbacks sur le passé violent de la ville. Est-ce qu’ Heidi va devenir folle, ou les Lords of Salem sont il l'accomplissement de la vengeance d'une bande de sorcières exécutées plus d'un siècle plus tôt?


Une chose est certaine Rob zombie de son vrai nom Robert Cummings est un des réalisateurs les plus marquant de cette dernière décennie et c'est avec une grande joie que j'ai découvert "Lords of Salem". D’après un scenario original tiré d'une de ses chansons, "Lords of Salem" est un film de sorcière inquiétant et bien barré. Bien que ce ne soit pas son meilleur film, je me suis laissé aller dans les méandres infernales de ce film singulier qui fait figure d'ovni dans un paysage cinématographique sclérosé par les remakes de touts poils et les "Found Footage" en pagailles. "The lords of Salem" est un vibrant hommage à tout un pan du cinéma des 70's & 80's Italien et US. On pense à "Inferno" d'Argento ou encore à "La sentinelle des maudits". Après son "Halloween 2" Rob Zombie se laisse une fois de plus aller à une atmosphère onirique et dérangeante que ne dénigrerait pas David Lynch, mais qui rappelle aussi furieusement Alejandro Jodorowsky. Il est clair que le film ne risque pas de plaire à tout le monde (ne pas s'attendre du tout à un "Devil's Rejects" ou "House of 1000 corpses"). Triste et dérangeant par moments, porté par d'excellents acteurs avec en tête Sherri Moon Zombie qui campe une DJ ex toxicomane touchante lors de sa progressive descente aux enfers. Se joignent à Madame Zombie des pointures tel que Meg Foster, Dee Wallace, Ken Foree, et l’excellent Bruce Davidson. La bande son est signée John 5 et confère à ce film une ambiance lourde et déstabilisante. Un bon film de sorcière qui sans être terrifiant reste une oeuvre artistique fort esthétique et efficace.

jeudi 11 avril 2013

Clip 13 : Rob Zombie “Dead City Radio And The New Gods Of Supertown” Nouveau Clip


Bien que la musique de Rob Zombie n'ait plus la grandeur de ses débuts au sein de "With Zombie" ou de son premier album Solo "Hellbilly Deluxe"et équivale pas le brio de ses réalisations. Voici tout de même son dernier clip intitulé “Dead City Radio And The New Gods Of Supertown”.

mercredi 10 avril 2013

"Warm Bodies" de Jonathan Levine


 


Aujourd'hui "Warm Bodies" de Jonathan Levine. L’histoire : Un mystérieux virus a détruit toute civilisation. Les rescapés vivent dans des bunkers fortifiés, redoutant leurs anciens semblables devenus des monstres dévoreurs de chair. R un mort-vivant sauve Julie, une survivante, et la protège de la voracité de ses compagnons. Au fil des jours, la jeune femme réveille chez lui des sentiments oubliés depuis longtemps… Elle-même découvre chez ce zombie différent autre chose qu’un regard vide et des gestes de momie… Perturbée par ses sentiments, Julie retourne dans sa cité fortifiée où son père a levé une armée. R, de plus en plus humain, est désormais convaincu que sa relation avec Julie pourrait sauver l’espèce entière… Pourtant, en cherchant à revoir Julie, il va déclencher l’ultime guerre entre les vivants et les morts. Les chances de survie de ce couple unique sont de plus en plus fragiles…


J'ai honte, mais je viens de mater "Warm Bodies" et franchement c'est certes crétin, mais bien fait, un bon petit film pour les mômes qui est loin d'être comme cette merde de "Twilight". En fait on dirait un conte de fée pour mômes de maintenant. Qui ne vole pas haut, mais qui recèle de moments sympathiques.  Bon je sais que ça vienne de moi et de mon habitude de m'insurger contre tout ces types de produits actuels est étonnant, mais franchement c'est bourré de truc nase comme les zombies qui en fait sont plutôt des infectés qui redeviennent humains grâce à (oh mon dieu que c'est con) l'amour. Mais le film fonctionne est n'est pas prétentieux. En gros ce film réalisé par un vrai bon grand réalisateur comme par exemple Paul Thomas Anderson ("Magnolia" ou "Boogie Nights") aurait pu donner quelque chose d'assez génial et décalé avec un côté moins cucul. Bien que Jonathan Levine en bon faiseur Yes Man donne un côté sympathique et attachant a son entreprise, il n’a pas ce qu’il faut pour faire de ‘’Warm bodies’’ une œuvre unique comme le sympatique ‘’Fido’’ d’il y a quelques années. Gros bémol les ignobles zomblards décharnés en image de synthèse qui heureusement sont souvent dans la pénombre. Bon oui j'ai honte, mais je ne trouve pas ce ptit film déplaisant. Bon il n'est pas du tout pour les amateurs de zombies, mais plutôt pour les profanes de 7 à 14 ans, mais c’est gentil. Un film de zombie tout propre pour les enfants. Bon c'est bon lynchez moi. Je suis prêt, la honte me lynche déjà... et tiens je m'en vais de ce pas me fouetter dans ma sale de bain avec ma ceinture.  MDR !